Quelles sont les grandes techniques afin de rédiger un article dans les règles de l’art ? Quelles erreurs sont à éviter ? Quel comportement est à proscrire ? En gros comment créer un article de blog ? Je vais tout vous dire par le biais de celui ci. Il est destiné aux rédacteurs débutants mais peut également apporter de la valeur aux expérimentés. Si vous êtes certain de déjà maîtriser ce sujet, je vous invite à lire : avoir le meilleur référencement SEO.

Alors quelles sont les grandes étapes à respecter lors de la rédaction ?

 

La devanture : le titre

Ce n’est pas le plus important pour le lecteur, mais c’est bien la deuxième chose la plus importante pour l’auteur, je m’explique :

Evidemment le sujet c’est l’essentiel, avec un sujet moyen ou mal choisi on ne peux pas attirer du monde. Le titre est lui la façade et en même temps le résumé de votre article. Si votre contenu est exceptionnel mais que personne ne clique car votre titre est moyen, personne ne verra votre sublime explication. Par exemple si le titre est : « comment écrire un article » on se doute bien de quoi va traiter l’article en question et quelle genre de réponse nous allons avoir. Le contenu sera certainement rempli de méthodes applicables. En même temps le titre correspond exactement à ce que souhaite le lecteur, et la il y a plusieurs nuances qui répondent à la même problématique générale :

« Comment écrire un (bon) article »

« Ecrire un super article »

« Les méthodes pour écrire un article »

« Savoir écrire un article »

« Ecrire un super article ? Les solutions »

 

Bref vous l’aurez compris, il existe de nombreuses manières de soulever une problématique avec un peu de réponse et tout ça dans le titre. Mais il faut trouver le bon titre, celui qui va correspondre exactement à ce que cherche le lecteur, et je dirai même « de la manière dont il va poser la question » car chaque mot compte.

devanture magasin jolie

 

Par exemple « comment » et « savoir » écrire un bon article sont d’une manière générale sur la même problématique mais n’inspire pas du tout la même méthode de résolution. Avec « comment » on s’attend à avoir une structure, des conseils concrets et des astuces. Avec « savoir » on s’attend à apprendre d’une manière générale ce qu’est un article et les règles « académiques » d’une rédaction. Et si j’avais proposé « peut-on écrire un bon article ? » dans le texte j’aurai pu répondre « oui » et enchaîné sur « comment » mais bon nombres de lecteurs n’auraient pas ouvert mon contenu car ça ne répond pas exactement à la question qu’ils se posent a cet instant précis.

Il faut donc passer du temps sur son titre d’article afin de donner envie aux internautes d’en savoir plus. Vous pouvez jouer sur la méthode que je viens de citer juste avant à savoir répondre au besoin immédiat. C’est celle qui fonctionne le mieux d’une manière générale.

Vous pouvez également jouer sur la curiosité (pas tout le temps applicable mais fait bien le travail). Vous pouvez tenter par exemple « les 3 techniques secrètes pour… ». On peut en trouver d’autres bien mieux mais vous avez compris l’idée. L’idée est de titiller le futur lecteur pour ne lui donner qu’une seule idée en tête à ce moment précis : « mais que se cache-t-il derrière cette phrase, je veux le savoir« . Vous avez en quelque sorte placé une nouvelle priorité juste devant sa recherche de solution urgente. L’esprit humain à quelques petites failles, utilisez les ! (doucement quand même ^^)

 

Enfin une troisième solution peut parfois être utile. Elle n’est pas à utiliser sans arrêt et dans tous les domaines mais elle peut s’avérer redoutable quand la concurrence est rude et que les autres ont utilisé les 2 méthodes précédentes : la provocation. Et la il ne faut pas hésiter à provoquer pour offenser (encore une fois gentiment) mais le but est de créer un sentiment de contradiction ou encore de haine (alors c’est un haine non justifiée mais qui va donner lieu à de la curiosité). Souvent le jugement fonctionne. Je vais vous mettre quelques idées mais c’est juste à titre indicatif, il faudra adapter à votre contenu.

« Les règles que personne n’arrive à respecter pour écrire un article »

« Impossible d’écrire un bon article en 2019″

« Seuls les meilleurs arrivent à écrire de bons articles… »

 

Bref vous l’aurez compris, le titre est vraiment important car il permet de faire ouvrir l’article à l’internaute et comme c’est le premier maillon, si il n’est pas dépassé tout votre travail derrière est inutile. C’est le ratio temps consacré/efficacité le plus important d’un article. Pensez y et prenez 10 minutes pour le rendre irrésistible  😉

 

L’essence même : le sujet

Ça y est on entre dans le vif du … (jeu de mot pourris : -1). Le sujet est très important, c’est même votre priorité ! Un bon sujet sera consulté, et par sujet je n’entends pas le sujet de manière générale mais plutôt l’angle d’attaque de votre domaine :

Si par exemple vous traitez le fait de rédiger des articles, le domaine est en gros « rédaction d’article » mais c’est un sujet trop vaste et trop flou. Les internautes ne viennent pas pour philosopher (il y en a mais c’est une minorité), ils viennent pour répondre à un besoin. Ça peut être une problématique à résoudre, ou une question de culture qu’il faut éclaircir. Vous devez donc trouver votre angle d’attaque. Par exemple « comment rédiger » ou « quelle taille un article doit-il… » ou encore « l’article est il une bonne technique de référencement ? ». En résumé votre sujet doit être un sous sujet et non pas un domaine au sens large. Vous devez être précis pour répondre à un besoin/ une question précise.

 

nuage de fumée inspiration

 

Pour trouver des idées de sujet vous pouvez consulter d’autres blogs. Vous pouvez aussi partir d’un sujet principal et le décortiquer en plusieurs sous-sujets, et peut être même refaire cette opération.

A titre d’exemple voici une idée de réflexion :

 

Vous pouvez décomposer un sujet en plusieurs parties et traiter ensuite chacune d’entre elles individuellement. De cette manière vous allez avoir moins de monde mais le trafic sera beaucoup plus qualifié et en phase avec votre contenu.

Pour avoir un exemple vraiment flagrant : vous décidez de créer un article sur les animaux. Des millions de recherches sont effectuées par jour sur les animaux. Mais le sujet n’intéressera pas ceux qui cherchent des animaux sous marins ou encore des animaux de compagnie. Vous décortiquez et faites comme article « quel animal de compagnie choisir en appartement », vous allez cibler exactement les personnes désireuses de répondre à cette question. Et les lecteurs resterons jusqu’à la fin pour avoir toutes les clés en main. Mais ces personnes auraient décrochées en 30 secondes si elles avaient lu votre article sur « les animaux de la planète ».

 

Choisissez également un sujet ou vous pouvez fournir une solution. Comme dit plus haut, rares sont les personnes qui veulent juste philosopher sur internet (il y a les soirées entre amis pour refaire le monde ou alors le club de passionné du dimanche matin pour ça). 93% des articles répondent à un problème (précis) ou à une problématique (la manière générale).

La solution doit être donnée à la fin, ou alors les petits bouts de résolutions au fur et à mesure comme dans cet article. Pour répondre à votre besoin je ne peux pas donner un paragraphe de 3 lignes à la fin de cet article. Mais chaque chapitre possède sa conclusion pour avoir toutes les clés à la fin de votre lecture.

Si vous n’avez pas la solution, cela peut arriver, il faut au moins fournir la méthode de résolution. Vous ne voyez pas la différence ? EXEMPLE ! ^^

Article sur « comment perdre 10 Kg en 3 mois » : il est évident qu’à la fin de l’article la personne n’aura pas résolu son problème, elle n’aura pas perdu 10 Kg. Mais elle aura la méthode de résolution à appliquer pour parvenir à l’objectif fixé.

Plus le plan est concret et réalisable (programme de sport + exercices détaillés + programme alimentaire) plus votre article plaira. Car personne n’a besoin de lire  » oh bah il suffit de faire du sport et de manger sainement ». C’est vrai,  la n’est pas le problème, mais on le sait déjà et on s’en fiche presque. On veut du concret quand on est en surpoids et on veut du rapide !

 

engrenage multicolor

 

En résumé :

  • Pour trouver des idées : blogs concurrents, méthode de décomposition
  • Pour trouver de bons sujets : sujets précis avec résolution à la fin de l’article (ou méthode de résolution)
  • petit plus : une promesse : « perdre 10 Kg en 2 mois » (quantité et temps)  /  rendre son PC plus rapide en 30 minutes (but + temps)

 

La pertinence : la structure

La structure permet de mettre en valeur votre sujet et la qualité de la réflexion que vous allez apporter. Le but de la structure est de partir du point de vue du lecteur « j’ai un problème » à votre expérience à vous : « voila comment le résoudre ». La structure n’est pas à prendre à la légère car même si vous avez un excellent sujet et les compétences pour aider les internautes, vous n’y parviendrez pas si vous vous éparpillez ou si vous êtes incompréhensible.

résolution problème avec pertinence

 

Il existe plusieurs structures elles peuvent êtres chronologies ou par ordre d’importance (du plus important au plus futile) ou encore par ordre de simplicité d’exécution… Il en existe vraiment beaucoup mais elles ont les points suivants en commun :

  • Identification du problème : permet de mettre le doigt dessus et surtout un nom, car une fois le symptôme identifié le lecteur peu par la suite chercher les informations sur le net.
  • Trouver les causes directes ou indirectes : rien ne sert de résoudre un soucis si les causes ne sont pas corrigées. Attention toute fois à trouver les causes et non pas des symptômes (qui sont des conséquences)
  • Donner les solution correctives, le but est d’aller au plus urgent, comment stopper le problème immédiatement (du moins le plus rapidement possible)
  • Si possible donner des solutions sur le long terme et dans l’idéal des choses simples à faire quotidiennement (sinon ce sera remis à plus tard et finalement à jamais)

si le problème ne peut pas être résolu tout de suite, donner des solutions dégradées. Ce sont des solutions qui ne sont pas idéales sur le long terme mais qui permettent d’atténuer ou soulager en attendant les effets du traitement long terme. Attention à ne pas encourager les personnes à utiliser ces solutions de fortune car elles ne résoudront pas le problème définitivement et elles sont souvent très imparfaites.

  • Et enfin les bonnes habitudes pour ne jamais avoir à faire face à ce genre de problème.

PS: pour les méthodes correctives, vous pouvez lister les solutions. Ça marche plutôt bien et c’est clair et ordonné pour le lecteur. Il piochera les solutions qui lui correspondent le mieux.

Bon a savoir : Un internaute ne lit en moyenne que 20% d’une page de blog, il faut donc lui permettre de trouver rapidement l’info qu’il demande en structurant de façon claire et précise vos connaissances. Les titres doivent être accrocheurs et intuitif. Aérez les paragraphes et insérez des listes à puces.

 

La volupté : la rédaction

Maintenant que nous avons choisi le contenu et que nous y avons mit la valeur ajoutée, il nous faut faire l’emballage ! Relativement important tout de même car il permet au lecteur de ne pas décrocher et de clairement comprendre les actions qu’il va devoir entreprendre. Captiver et être clair ! Voici les deux axes à garder en tête durant cette partie.

Je vous conseille donc de délimiter vos idées par des paragraphes. Normalement à ce stade elles sont déjà structurées et rangées par partie ( I, II, III, IV puis 1,2,3,4 et au besoin a,b,c,d). Néanmoins une partie peut comprendre plusieurs idées, ou une seule mais dont vous attaquez de différente manière. Si vous souhaitez avoir des exemples regardez cet article.

Le but est également d’aérer le texte. L’œil humain fatigue et se décourage rapidement quand il y a un gros pavé. Créer des paragraphes permet de diminuer la quantité perçue à lire. Cela permet également de faire grandir la taille de votre article (même si il ne faut pas faire cette technique pour ça, c’est juste un effet secondaire sympa).

 

Comme le but est de garder le lecteur éveillé afin de lui donner envie d’aller au bout : adoptez une police « standard ». Il n’existe bien évidement pas une police « normale » mais ne partez pas dans quelque chose d’exotique. C’est sympa sur une pancarte mais quand on doit lire 3000 mots ça commence à peser. Il en est de même pour la taille de cette police. Pas trop gros et pas trop petit. Vous allez me dire « super ça m’aide pas ». Je sais ^^, mais la encore il n’y a pas de taille idéale. Tout dépend de l’humeur de votre article, du thème de décoration de votre blog… le meilleur moyen est de tester. Changez votre police et tentez de lire votre article en une fois. Si c’est trop difficile : changez.

 

La principale erreur du débutant est de vouloir en faire en quantité, beaucoup, et finalement trop. Un texte rempli de connaissance n’est pas nécessairement un texte long. N’essayez pas de broder autour de votre idée. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire de jolie phrases ou qu’il ne faut pas définir le contexte ou la nuance de votre idée. Mais simplement ne pas ajouter des mots inutiles (enfin qui n’aurait pour utilité que de gonfler votre article). Moi par exemple je suis un peu bavard, et ça se voit très bien quand on me lit. Mais je reste quant même quelqu’un qui apporte l’idée et l’explication rapidement. Je tente de m’améliorer au fur et à mesure que j’écris, ça va venir avec le temps.

 

PS : à l’issue de cette lecture vous allez certainement vouloir appliquer du mieux possible les conseils trouvés ci dessus. Gardez à l’esprit que vous ne ferez pas l’article parfait du premier coup. La rédaction c’est comme tout, ça s’apprend, ça se développe. Vous allez finalement vous améliorer avec le temps et trouver vos marques petit à petit. Jusqu’à un moment ou vous aurez votre style bien à vous. Le but n’est pas de faire toutes les techniques comme je le dis, sinon aucun article ne serait différent. Chaque auteur a sa « patte » avec ses petites fautes, ou ses petites excentricités. Le but est de garder une ligne globale correcte afin de respecter cet art qu’est l’écriture.

 

En résumé :

  • Police standard (normale et de taille correcte)
  • Aérer avec des paragraphes
  • Les idées ordonnées
  • Pas de blabla
  • On s’améliore avec le temps. Le meilleur entrainement est d’écrire !

 

La distinction : le langage

 

Le langage n’est absolument pas lié au fond mais bien à la forme. Encore que ce point de vue est discutable car si on peut dire la même chose dans 2 langages différents (soutenu et familier par exemple) on peut aussi considérer qu’il ne s’agit pas que de la forme car certains mots dans un registre n’ont pas d’équivalent dans l’autre. La langue française est riche et bien quelle possède des synonymes, ils ne sont pas tous exactement identique dans toutes les situation.

Les textes de lois ne sont pas lourds et pompeux uniquement pour se donner des airs. Mais comme il faut faire fasse à toutes les situations et même les plus inattendues il faut avoir une définition parfaitement délimitée afin de savoir si la personne est dans ou en dehors de la loi, et non pas « euh bah c’est flou,  le mot la est très vague dans ce contexte et bon bah on sait pas trop ».

Pour prendre l’exemple d’un ministre (je n’ai rien contre eux ni contre les personnages de cet exemple ^^).

Si le peuple gronde, il souhaite un changement radical pour enfin augmenter son pouvoir d’achat. Si ce ministre descend dans la rue (et admettons même en banlieue) et qu’il parle comme il le ferait à la TV, ça ne va pas passer. Non pas parce que les gens en banlieue sont moins cultivés que les autres, mais simplement parce qu’ils voudront des actions concrètes avec des mots clairs et non pas d’entourloupe de la part du bras droit de l’état.

A contrario le ministre devrait s’exprimer de manière différente à l’Élysée, l’audimat souhaiterai avoir des mots précis avec des conditions précises afin de savoir si le projet est réalisable à l’échelle nationale. Les mots et leur signification comptent énormément et auront un impact sur les conséquences de cette nouvelle réforme.

Tout ça pour dire que peut importe le milieu et le langage, aucun n’est mieux que l’autre. Ils sont simplement plus adaptés à une situation qu’à une autre. Un discours est présent pour rassurer le peuple et donner clairement les buts et manœuvres qui vont avoir lieues. L’autre sera pour vérifier la solidité et faisabilité du projet.

Trouvez le langage adapté, et tentez de vous différencier.

bonbon rouge entouré de bonbons blancs, exemple de différence

 

Pour en revenir à notre article, vous devez choisir votre langage, le mieux étant le votre comme ça ça ne sonnera pas faux. Mais vous pouvez le modifier légèrement (personne ne parle comme il écrit) afin de coller plus à un contexte ou un autre. Vous n’avez pas le choix qu’entre soutenu et familier. Prenons ce texte, il n’est ni l’un ni l’autre. J’essaie de m’exprimer de la manière la plus précise possible parce que nous parlons de choses importantes (surtout que parfois il y a de la technique, ou de la réflexion d’esprit) sans être trop lourd et ennuyant. Vous remarquez aussi parfois des onomatopées ou des tournures de phrases comme si vous parliez à un ami. C’est voulu, ça casse un peu la routine du texte et peut générer également une proximité.

Bref vous l’aurez compris, bien plus qu’un simple emballage, le langage est un des outils du rédacteur pour se distinguer des autres auteurs de par ses expressions ou tournures de phrases, mais aussi pour parler à un public différent. Alors choisissez votre arme !

 

Le partage : les liens

Un bon article est un article qui résout partiellement ou totalement un problème mais qui veut aller plus loin. Le but est de nous améliorer sans cesse, il faut donc envoyer le lecteur vers l’article suivant le plus adapté à son cas de figure. Selon d’ou il vient, sa direction en sera pas la même. Je propose donc de mettre deux ou trois lien vers les articles les plus proches de l’article que vous rédigez. Cela s’appelle du maillage de lien, un peu comme une toile d’araignée. Vous aidez les lecteurs sur des sujets proches et de votre coté ils passent plus de temps chez vous car vous leur offrez une solution annexe juste la sous leurs yeux. (très apprécié en SEO, voir plus bas dans l’article)

 

symbolisation du réseau et des liens

 

Les liens externes sont également importants, il en existe deux sortes :

Les liens vers les compléments de solution : ils permette d’enfoncer le clou ou alors de fournir un support d’aide à la solution évoquée. Par exemple pour un article sur une perte de poids vous pouvez parler de programme alimentaire, et si jamais vous ne le fournissez pas vous pouvez rediriger vers un site qui en propose. Si vous proposez du matériel à utiliser, vous pouvez mettre un lien direct pour acheter le produit. Ça évite au lecteur de rechercher sur le net sans savoir quelle qualité et prix choisir (du coup il a une nouvelle question). Vous lui mâchez le travail et ainsi il peut poursuivre sa lecture.

 

les liens vers votre site : ce sont les liens d’autres sites/ forums/ réseaux sociaux vers votre article. Si vous voulez aider un maximum de gens, vous pouvez laisser le bouche à oreille se faire et vous pouvez lui donner un petit coup de pouce. Si vous publiez une réponse sur un forum pour aider une personne et que vous lui proposez de suivre le lien pour en savoir plus, il y a de forte chance que les personnes lisant le post sur ce forum suivent également les miettes de pain 😉

 

Voila nous sommes arrivé au bout de cet article qui survol de manière générale la rédaction d’un article de blog. Il était destiné aux débutants, et si jamais vous voulez passer le cran au dessus et rendre vos articles irrésistibles et en première position dans les moteur de recherche (c’est tout de même le but quand on écrit des articles.) je vous conseille d’optimiser votre référencement SEO. Les articles mis en avant par google sont ceux qui sont qu’il juge le plus utile et le plus agréable à l’utilisateur. Il existe quelques astuces pour grappiller des places dans le classement et ainsi obtenir plus de visites. Pour en savoir plus sur ce qu’est le SEO ainsi que les techniques pour vous placer en tête de liste  je vous invite à consulter l’article sur le référencement.


Leave a Reply

Your email address will not be published.